AIR FRANCE : VICTOIRE DES SALARIES ET DE L’INTERSYNDICALE

9 mai 2018 0 Par Francois Asensi

Les salariés ont rejeté par un référendum le projet d’accord salarial proposé par le PDG d’Air France. Avec plus de 55% des voix, et une participation de plus de 80% des salariés, ce « non » est un désaveu très clair pour la direction d’Air France, qui nie depuis des mois la légitimité du mouvement social. Elle avait beau jeu d’accuser les seuls pilotes de jusqu’au-boutisme. Or on voit bien que le malaise est grand dans l’ensemble des personnels d’Air France, toutes catégories confondues.

Le gel des salaires qui a lieu depuis plusieurs d’années n’est plus tenable. La proposition des syndicats représentatifs d’une hausse immédiate des salaires de 5.1%, qui est déjà le fruit d’un compromis, parait aujourd’hui la plus à même d’apaiser la situation à Air France. Et le ministre Bruno Lemaire joue avec le feu en menaçant les salariés : c’est nier le résultat même du vote, qui a pourtant été organisé par la direction !

Contrairement à ceux, de droite comme de gauche, qui pensent que les corps intermédiaires sont disqualifiés, je tiens à souligner le rôle représentatif des organisations syndicales. Depuis des mois, la direction, et nombreux journalistes, ont dénoncé cette grève comme étant ultra minoritaire : les pilotes auraient abusé de leur position stratégique pour obtenir des hausses de salaires qui menaceraient l’existence même de l’entreprise. La preuve du contraire a été administrée, et de quelle manière ! L’intersyndicale représente bien un vrai mouvement au sein du personnel de l’entreprise, et elle joue son rôle d’alerte sur les problèmes sociaux chez Air France. A quand un référendum à la SNCF ?