François Asensi réélu président du Conseil de surveillance de l’hôpital Robert Ballanger.

20 décembre 2018 0 Par Francois Asensi
Partager sur

Lundi 17 décembre dernier, François Asensi, maire de Tremblay-en-France et député honoraire, a été réélu à la présidence du Conseil de surveillance de l’hôpital Robert Ballanger (11 votes exprimés, 10 voix, 1 vote blanc).


Président du Conseil de surveillance depuis 1996, François Asensi s’est félicité des avancées réalisées pour permettre la modernisation de l’hôpital d’Aulnay. Le centre hospitalier Robert Ballanger est aujourd’hui un des établissements de référence du Nord-est de la Seine-Saint-Denis et un acteur public central du territoire. Depuis 1999, ce sont près de 150 millions d’euros qui ont ainsi été investis pour permettre la rénovation de l’hôpital : plan « Hôpital 2012 » (nouveau bâtiment femme-enfant, nouveau SSR, rénovation de la psychiatrie, de la crèche), nouvelle unité de soins intensifs en Cardiologie, hôpital de jour de pédopsychiatrie, plan de rénovation des Urgences, modernisation des CMP.

Cependant, l’hôpital public est en crise, asphyxié par des années de rigueur budgétaire. Il subit de plein fouet la logique comptable de l’Etat, comme en atteste la plupart des budgets dans le rouge. Pour les professionnels de santé, la recherche constante de mesures d’économies devient insoutenable et altère profondément le sens de leur travail. Il en résulte un découragement pour les équipes soignantes, des urgences surchargées et une offre de soins insatisfaisante. C’est pourquoi François Asensi entend sensibiliser le Conseil de surveillance de l’hôpital, les élus du territoire, le corps médical et les citoyens sur l’urgente nécessité de changer les règles imposées par l’Etat.
Il est nécessaire d’obtenir plus de moyens pour l’hôpital public. Corriger les inégalités en matière d’accès aux soins nécessite une politique publique forte. Notre système de santé est un des socles du modèle social français ; le préserver et le développer doit redevenir une priorité de l’Etat.


Partager sur