Soutien au SAMU 93

24 décembre 2018 0 Par Francois Asensi

32Je soutiens pleinement le mouvement de protestation lancé par les assistants régulateurs médicaux du SAMU de Seine-Saint-Denis, qui se trouvent dans une situation de carence inacceptable. Aujourd’hui, ils ne sont que 42 pour répondre aux demandes de 1,5 million d’habitants. Cela rend leur travail impossible : alors que les appels doivent être traités en moins d’une minute, le temps d’attente est souvent dépassé d’au moins deux minutes aujourd’hui.

Cette situation est encore plus dramatique que nous vivons dans un département où l’inégalité d’accès aux soins est devenue la norme. Alors qu’à Paris on dénombre plus de 130 médecins pour 100000 habitants, on est loin du compte en Seine-Saint-Denis, qui n’en compte que 71 pour 100000 habitants. Dans le même sens, sur les 33 médecins que comptait le service des Urgences de l’Hôpital Robert Ballanger, 10 sont partis depuis fin 2016 sans être remplacés.

En réalité, l’inégalité d’accès aux soins s’ajoute à toutes les autres, en matière d’éducation, de sécurité ou de justice. Le rapport parlementaire Cornut-Gentille-Kokouendo l’a rappelé : la Seine-Saint-Denis est la grande oubliée de la Nation. Comment nommer cette République qui exclue, discrimine et véhicule tant d’inégalités ? Le gouvernement détourne l’esprit de l’article 1er de la Constitution de 1958, qui stipule que « la France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion ».

Si le mouvement des gilets jaunes n’a pas été particulièrement visible dans le département, les habitants subissent pourtant les inégalités territoriales de plein fouet depuis plus de 40 ans.

Il appartient maintenant aux syndicats d’apprécier les mesures proposées par l’ARS pour la suite de leur mouvement. Il est plus que jamais urgent de débloquer un plan de rattrapage d’envergure, pour mettre un terme à ces inégalités dans notre département. Une nouvelle fois, la démonstration est encore faite que contre ce gouvernement, rien ne s’obtient sans lutte.