Trouver des solutions au franchissement du pont du Canal aux heures de pointe

8 janvier 2019 0 Par Francois Asensi
Partager sur

Retour dans le Parisien d’hier sur l’initiative prise par François Asensi, maire de Tremblay-en-France, pour trouver des solutions au franchissement du pont du Canal aux heures de pointe.

Ces difficultés persistantes ont de graves répercussions sur le quotidien des habitants : retard pour se rendre au travail, à l’école, chez le médecin… Face à ce constat, la ville de Tremblay-en-France n’est pas restée inactive : création d’une voie supplémentaire de circulation en 1996 dans le tunnel sous les voies SNCF, nouveau réglage dynamique des feux de signalisation à la sortie du tunnel pour tenter de fluidifier la circulation, amélioration de l’offre de transports publics, infrastructures cyclables et piétonnes autour du pôle gare… Malgré ces investissements, les problèmes de circulation persistent, voire s’accroissent. Et pour cause. Alors qu’en 15 ans, la population de nos villes n’a progressé que de 2%, le nombre de véhicules empruntant le pont a doublé, passant de 15 000 à 30 000 par jour.

La situation dépasse largement les actions locales que nos villes peuvent engager et nécessite une action forte des pouvoirs publics. Une réflexion globale sur les ruptures urbaines et les dynamiques de circulation sur notre territoire doit être engagée pour améliorer le quotidien des habitants !


Partager sur