LE GOUVERNEMENT LANCE LE DEMANTELEMENT DU SERVICE PUBLIC EN PLEIN « GRAND DEBAT »

16 février 2019 0 Par Francois Asensi
Partager sur

Confirmation, s’il en fallait une, que ce Grand débat est un pur marché de dupe, le gouvernement n’attend même pas la fin de la consultation des Français pour lancer le démantèlement du service public ! Alors même que les syndicats ont unanimement demandé le report de la « réforme de la fonction publique », et que le mouvement des « Gilets jaunes » dénonce la baisse du pouvoir d’achat ainsi que la disparition des services publics locaux, le gouvernement de Macron décide unilatéralement de l’avenir du service public.

Depuis trois décennies, les chantres du libéralisme consacrent beaucoup d’énergie à démontrer l’inefficacité des services publics, le statut privilégié des fonctionnaires, mais l’efficacité de l’entreprise et du libéralisme. Avec cette réforme, le gouvernement ne fait que mettre en musique ces demandes en consacrant : la rémunération au mérite, la précarisation avec le recours étendu aux contrats, la rupture conventionnelle des fonctionnaires ou encore le gel du point d’indice. In fine, le gouvernement veut supprimer par moins de 120 000 postes dans la fonction publique. Cela signifie moins d’enseignants et de remplaçants dans les écoles, moins de policiers au commissariat de Villepinte, moins de médecins et de soignants à l’hôpital Ballanger, mais aussi un affaiblissement des services rendus par la municipalité.

Parce que le service public doit rester « le patrimoine de ceux qui n’en ont pas », je dénonce cette décision qui se fera au détriment de services publics humains de proximité et de qualité. Cessons de faire des économies sur le dos et au détriment des plus vulnérables.


Partager sur