Pauvre Manu …

26 mai 2019 0 Par Francois Asensi
Partager sur

J’attendais surtout le résultat des élections municipales à Barcelone. Au moins là me voilà comblé.

Tu vois Manu, cette cité magnifique t’a remis à ta place. Les Barcelonais ont estimé que ta candidature était une imposture.

Ton score minable et tes alliances avec les ultraréactionnaires en Espagne parachèvent une carrière politique pitoyable, au cours de laquelle tu as mis ton énergie à briser la gauche en France, ses valeurs, son idéal transformateur.

C’eût été pour moi un crève-cœur de te voir accéder à la mairie de la belle Barcelone, ville rebelle et républicaine. J’y retournerai comme tous les ans, l’âme apaisée, sans oublier à chaque fois d’aller sur la Rambla acheter des œillets rouges que j’offre à la mer, dans le port de Barcelone où j’ai jeté les cendres de mon père.

Dans cette ville où le peuple d’Espagne a dit adieu aux brigades internationales, une tristesse insigne m’aurait envahi en te voyant accéder au poste de maire.


Partager sur