Annonces du Premier ministre : peut largement mieux faire !

31 octobre 2019 0 Par Francois Asensi
Partager sur

J’étais ce midi à la Préfecture de Bobigny à l’invitation du Premier ministre, pour écouter les annonces de l’État pour la Seine-Saint-Denis.

Si l’effort est à prendre en compte, il est largement insuffisant au regard du constat accablant qu’a dressé le Premier ministre. Côté positif, la prime de 10 000 euros pour les fonctionnaires d’État après 5 ans de services dans le département, mais elle doit être étendue à la fonction publique hospitalière, qui est en grande souffrance.

Mais d’autres annonces sont loin d’être satisfaisantes. Quelques exemples : la rénovation des urgences de l’Hôpital Ballanger était déjà financée depuis trois ans. C’est donc une annonce qui ne coûte rien… La création de 100 postes d’Officiers de Police Judiciaire (OPJ) sur deux ans pour tout le département et 50 postes nouveaux de policier pour seulement deux zones à la Courneuve et Saint-Ouen, c’est très loin des besoins en la matière. Quant à l’éducation … l’offre est ridicule : 2 millions par an pour soutenir l’investissement dans les écoles, pour toutes les écoles du département, ce n’est quasiment rien.

Surtout, cela ne compense en rien l’assèchement permanent des moyens laissés aux collectivités locales depuis la fin des années 1990, sans compensation réelle : suppression de la taxe professionnelle, baisse des dotations de l’État, suppression de la taxe d’habitation, contractualisation des dépenses… Les carences dans les services publics viennent de ce mouvement contradictoire : l’État laisse les maires en première ligne dans de nombreux domaines (éducation, santé, sécurité) avec peu de moyens, alors qu’ils sont la digue sur laquelle vient se fracasser le ressac permanent de l’exclusion sociale.


Partager sur