Modification de la carte électorale par le gouvernement

16 octobre 2009 12 Par Francois Asensi
Partager sur

Je vous propose de retrouver ici ma déclaration du 13 octobre sur le redécoupage électoral des circonscriptions de Seine-Saint-Denis.

Vous pouvez également retrouver mon intervention sur le redécoupage à l’Assemblée nationale, dans laquelle j’ai dénoncé au nom des députés communistes et républicains l’opération électoraliste de la droite et le manque de démocratie et de pluralisme de notre système électoral majoritaire.


Déclaration de François Asensi, député de Seine-Saint-Denis

Alors que 17 pays en Europe ont un mode de scrutin pour les élections législatives qui laisse une place importante à la proportionnelle, la France, comme la Grande Bretagne, maintient un système électoral majoritaire, véritable machine de guerre contre le pluralisme.

Juge et parti, le parti majoritaire modifie à son avantage la carte électorale française en préservant un mode de scrutin qui lui bénéficie déjà largement. L’UMP se permet de bafouer le principe constitutionnel d’égalité entre les citoyens et repousse une nouvelle fois la perspective d’un véritable pluralisme démocratique.

La Seine-Saint-Denis : l’exemple d’un découpage électoral partial
En Seine-Saint-Denis, le choix de rayer de la carte la circonscription Aubervilliers/La Courneuve, historique pour les communistes, participe d’un processus qui affaiblit la représentation des classes populaires à l’Assemblée nationale.

Le rattachement de La Courneuve à la circonscription de Blanc-Mesnil, au terme d’un accord passé entre la secrétaire nationale du PCF et le secrétaire d’Etat Monsieur Marleix est inacceptable. S’il conforte a priori la circonscription de Marie-George Buffet, il affaiblira néanmoins globalement l’influence des communistes déjà très diminuée en Seine-Saint-Denis.

Ce découpage, je le déplore et le conteste. Disant cela, je pense aux militants d’Aubervilliers et de la Courneuve et à leur objectif de reconquête d’Aubervilliers et de la circonscription. Je pense également aux militants de Drancy et de Bobigny qui par ce découpage avec l’intégration du Bourget voient leur circonscription marquée plus encore à droite. Je pense enfin aux élus communistes de Plaine-Commune qui seront en difficulté à cause de cette nouvelle donne politique, avec le recentrage de La Courneuve sur le pôle du Bourget.

Cet accord, fondé sur un instantané politique évacue l’évolution sociologique du département, nie l’héritage communiste en Seine-Saint-Denis. En voulant figer une situation politique, il n’envisage aucune perspective de reconquête, avec les forces de transformation sociale.

Le mode de scrutin majoritaire : une arme contre le pluralisme.
Il est clair, à mes yeux, qu’aucun périmètre de circonscription ne peut assurer de façon pérenne l’élection d’un député communiste dans le cadre d’un scrutin majoritaire à deux tours.

Il faut combattre avec détermination et constance ce mode de scrutin et le remplacer par un nouveau mode de scrutin promouvant le pluralisme et contenant une part de proportionnelle suffisante.

C’est ainsi que nous pourrons dépasser un bipartisme réducteur uniformisant, qui nourrit aujourd’hui l’abstention, singulièrement des milieux populaires et qui ne fait que décourager les aspirations à dépasser le capitalisme.


Partager sur