Sacré Dédé !

30 mars 2007 0 Par Francois Asensi
Partager sur

Le camarade André Gérin, maire PCF de Vénissieux, vient de faire paraître un livre : Les Ghettos de la République. Mais quelle surprise en préambule du livre : la préface est signée Eric Raoult ! Notre ami Dédé s’est même déplacé samedi dernier au Raincy pour faire dédicacer son ouvrage. Il aurait pourtant été très bien accueilli à Aubervilliers, à Saint-Denis ou à Sevran mais il a préféré se rendre au petit Neuilly du 93. Sans doute par méconnaissance du département ou bien par envie irrésistible de rendre visite à Eric Raoult, élu UMP adepte des positions droitières les plus excessives. A croire que le mariage de la carpe et du lapin était écrit pour eux : vous vous souvenez la fable de La Fontaine. En voici la réadaptation moderne, avec un André Gérin plein de surprises et plein de compréhensions.

Tellement de compréhensions qu’on se demande comment un élu communiste avec les valeurs humanistes qu’il défend, avec sa volonté de réhabiliter les « ghettos de la République » a pu se prendre d’affection pour Eric Raoult, un maire qui affiche un très pauvre 4,73 % de logements sociaux sur le territoire de sa commune. Loin des 20% imposés par la loi SRU mais ce choix est parfaitement revendiqué, certes au détriment de la mixité sociale, mais au nom de la « diversité urbaine », explique l’élu UMP. Une diversité qui lui permet de comparer sa ville à « une enclave en territoires occupés », référence faîte à la population d’origine étrangère qui vit en Seine-Saint-Denis. Cette attitude hors-la-loi fait d’ailleurs partie de ses nombreux points communs avec Nicolas Sarkozy.

Alors si « Le Raincy ne ressemble pas au 9.3 avec sa fatalité des cités ghettos, de la violence et de la pauvreté », comme l’a écrit Eric Raoult, quelle surprise de retrouver ce dernier pour illustrer « les ghettos de la République » ! Peut-être que notre camarade Gérin a été séduit par les idées progressistes, humanistes et sociales de son nouveau compagnon. Rétablissement de la peine de mort, suspension des allocations familiales, instauration d’une prime de 15000 euros pour délation… sans parler de sa courageuse posture de pompier-pyromane durant les violences urbaines de 2005. Que des idées destinées à pacifier nos quartiers et à aider les personnes les plus démunies, n’en doutons pas…

A moins finalement que ce soit la finesse d’analyse et le sens de la formule du député Raoult qui est à l’origine de cette préface audacieuse. Eric Raoult qui, souvenons-nous, a expliqué à sa manière l’existence d’agressions sexuelles en banlieue : « Les viols et les tournantes ne se passent pas par moins 30° mais surtout quand il fait chaud et quand un certain nombre de petites jeunes filles ont pu laisser croire des choses ». On peut trouver le propos quelque peu déplacé voire consternant mais il n’a pas semblé embarrasser la majorité UMP.

Loin de moi l’idée de trouver malvenue l’ouverture politique que présuppose cette association imprévue mais j’aurai préféré qu’elle suive celle plus cohérente du rassemblement antilibéral. J’aurai préféré voir André Gérin mettre toute son expertise dans la construction des 125 propositions dont une des ambitions est de changer la donne, notamment dans les banlieues. Lorsqu’on sait qu’André Gérin est un des élus communistes les plus virulents à l’encontre de ce rassemblement à gauche, ce grand écart laisse songeur.

Imaginons la suite : les Laurel et Hardy de la politique française vont peut-être finir sous une bannière commune. Imaginez-vous le merveilleux mariage entre un représentant de la gauche radicale et un représentant de la droite dure ? Après Navarro et son vote Buffet-Sarko, avons-nous trouvé le meilleur attelage pour aider le vote communiste ? Dédé, toi l’apôtre de la politique de classe, va falloir que tu m’expliques tout ça…


Partager sur