Orientation scolaire : François Asensi dénonce le manque d'ambition du gouvernement

18 avril 2007 0 Par Francois Asensi
Partager sur

M. François Asensi souhaite attirer l’attention de M. le ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche sur la situation des centres d’information et d’orientation.

La mauvaise orientation des élèves est souvent présentée comme la principale raison de l’échec scolaire dans notre pays et notamment dans les premiers cycles de l’université. La qualité de l’orientation peut être considérée, en effet, comme l’élément central d’une scolarité ou d’une formation réussie. Or, la situation des centres d’information et d’orientation connaît une dégradation constante depuis plusieurs années. Le recrutement des conseillers a été divisé par cinq en cinq ans. Des agents en congé longue maladie ou en congé parental ne sont pas remplacés. Une charge de travail représentant 1 000 élèves à orienter par agent tend à devenir la règle. Sur le terrain, la diminution des crédits qui sont consacrés aux centres est telle que, de plus en plus souvent, ils ne peuvent plus renouveler leur documentation et qu’ils subsistent à la limite de la fermeture. Le professionnalisme et l’investissement des personnels ne suffisent plus à compenser l’absence de moyens. La réussite des jeunes passe pourtant par l’amélioration de leur orientation. Mais dans les faits, l’effort qui serait nécessaire est démenti par la baisse des moyens qui sont alloués aux CIO. Il lui demande dans quelle perspective et avec quels moyens budgétaires il inscrit le secteur de l’orientation scolaire au sein de l’éducation nationale.


Partager sur